Événement
13 décembre 2021

Rien n’arrêtera les (Paris) Legal Makers !

Lundi 6 décembre, près de 1 000 décideurs juridiques français, européens et internationaux se sont rassemblés au palais Brongniart à Paris pour ouvrir une nouvelle page du droit. Retour sur cette journée inédite.

 

L’ambition donnée au Paris Legal Makers était d’ouvrir une nouvelle page du droit.

Si l’événement a d’abord intrigué, les retours et l’enthousiasme qui émanent des intervenants et des participants, qu’ils soient venus sur place, ou aient assisté aux tables-rondes à distance (plus de 500 personnes en direct digital, plus de 60 000 connections à la plateforme du LePoint.fr), révèlent que le Paris Legal Makers répondait à un réel besoin : fédérer les acteurs du droit pour porter auprès des décideurs publics et privés des solutions pérennes afin de rétablir le droit dans sa place de vecteur majeur de développement économique, de la transformation sociétale, de la transition écologique et de la révolution numérique.

Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, a souhaité accorder son patronage au Paris Legal Makers, convaincu de sa pertinence. Les ministères de la Justice et des Affaires étrangères, l’UNCITRAL ou encore le Global Forum on Law, Justice and Development, l’ont été aussi et nous ont assurés de leur soutien. 

 

Comme le souligne le bâtonnier, nous avons en France un ministère de la Justice et pas de ministère du Droit.

Pourtant le droit dépasse amplement la dichotomie qui associe dans l’imaginaire collectif le droit à la résolution d’un conflit ou à une sentence. Le droit est bien plus : il est un véritable couteau suisse et Paris une ville guichet unique du droit où chacun peut trouver les conseils les plus pertinents. 

Le bâtonnier a ainsi voulu mettre en lumière et approfondir ces facettes plus confidentielles ou fondues dans des ensembles plus vastes, mais qui relèvent véritablement du droit.  

Il a souhaité réaffirmer le droit et l’Etat de droit comme des outils de développement économique incontournables ainsi que l’ont brillamment souligné les grands témoins Didier Reynders, Commissaire européen, et Sandie Okoro, World Bank Senior Vice President and Group General Counsel. Claudia Salomon, Présidente de la Cour internationale d’Arbitrage, ou encore Gabriel Curtis, ancien ministre en charge des investissements et de partenariat public-privé de Guinée, l’ont également démontré par leur utilisation quotidienne du droit comme variable d’ajustement dans la croissance. Bernard Cazeneuve, ancien Premier ministre et avocat, a rappelé lors de la clôture de l’événement combien le droit est aujourd’hui un outil de résilience face aux crises par la régulation, la prévention, la réparation, la résiliation qu’il permet. 

 

La dimension diplomatique du droit est plus que jamais prépondérante dans la gestion des relations extérieures.

A la guerre des armes, préférons la résolution par le droit. Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a réaffirmé dans son discours d’ouverture la place incontournable de cet outil majeur de la diplomatie aujourd’hui. Il est au cœur de la stratégie diplomatique extérieure du gouvernement français. « Le droit est désormais […] une arme normative, […] une arme juridictionnelle, […] une arme politique et économique. […] [Il s’agit d’] « un enjeu de réflexion et une priorité d’action tout à fait essentiels pour notre diplomatie ». 

Cette dimension diplomatique recoupe également la question des droits humains, dimension sociétale et sociale du droit. Deux directeurs juridiques de groupes mondiaux, Stacey Friedman (JP Morgan Chase) et Nassib Abou-Khalil (Nokia) ont ainsi confronté leurs politiques internes visant à considérer chaque être humain en tant que personne. La présence d’intervenants très variés comme la directrice de la CNIL, Marie-Laure Denis, ou l’anthropologue Laëtitia Atlani-Duault, nous a permis de proposer un programme extrêmement riche sur ces sujets majeurs que sont l’égalité, les nouvelles normes de travail apportées par la pandémie, la place de l’éthique dans le traitement des données sensibles ou personnelles. 

 

La dimension éthique du droit a pu être abordée également par la thématique environnementale de l’événement.

L’Amiral Pierre Vandier, chef d’état-major de la Marine, Mehdi Coly, CEO de TimeForThePlanet, Jean-François Julliard, Directeur Général de Greenpeace France, ou encore Franck Lagier, magistrat de liaison en Tunisie, ont abordé les questions et défis environnementaux par le prisme du droit en termes de leviers et de moyens d’action, à l’heure où le droit international est régulièrement remis en cause.  

 

La vitalité de la Tech dans le droit et de la place du droit dans la Tech.

Le Bâtonnier a également souhaité que soit mise en avant la place croissante de la Tech, pour que nous comprenions le monde actuel afin d’envisager celui de demain et offrir à nos concitoyens du monde, un droit adapté et pertinent. Les Legaltechs (Pierre Aïdan, Président de LegalStart, Louis Larret-Chahine, Directeur Général de Predictice – vainqueur du Baromètre des LegalTechs 2021) mais aussi de grands groupes (Yoram Elkaïm, directeur juridique France de Google ; Alexandre Menais, Executive Vice President d’Atos),  de grands spécialistes de ces sujets (Camille Morel, universitaire ; Anna Joubin-Bret, Secrétaire de la Commission des Nations unis pour le droit commercial international), des ONG (Ayumi Moore Aoki, Présidente de Women in Tech), ont ainsi témoigné de la vitalité de la Tech dans le droit et de la place du droit dans la Tech. 

Paris devait aussi prendre conscience de sa place dans le monde du droit et offrir l’opportunité aux acteurs du droit de se rassembler pour échanger dans une logique d’émulation et de mutualisation des idées. Avec plus de 30 000 avocats, le Barreau de Paris, et par lui, l’ensemble des barreaux français, se devaient d’affirmer leur rôle sur la scène internationale. 

 

Proposer une réponse attractive et efficace aux évolutions des pratiques, sans jamais sacrifier l’Humain.

Ainsi que l’a souligné le Garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, les maîtres mots du premier Paris Legal Makers étaient innovation, dialogue, enrichissement mutuel, pour proposer une réponse attractive et efficace aux évolutions des pratiques, sans jamais sacrifier l’Humain. Nous avons tâché de maintenir un équilibre entre les secteurs public/privé/institutionnel/universitaire afin d’aboutir à une réflexion approfondie sur l’ensemble des thèmes abordés.

Nous sommes d’ores et déjà sollicités pour des propositions de sujets, d’intervenants, de partenariats pour une (éventuelle) édition 2022. Affaire à suivre ? 

Contenu similaire

Publication
27 février 2024
Nouvelles obligations de reporting en matière de durabilité pour les entreprises françaises : quelles sont...
Navacelle revient pour The Legal Industry Reviews sur la transposition de la Corporate Sustainability Reporting Directive (CSRD) en France par...
Publication
The discreet ramping up of environmental criminal law
5 décembre 2023
La discrète montée en puissance du droit pénal de l’environnement
Navacelle revient pour The Legal Industry Reviews sur la récente et progressive application effective du droit pénal de l’environnement par...
Analyse
UBS
17 novembre 2023
Saga UBS : 2e réévaluation de la sanction financière historique infligée à la banque suisse...
Le 15 novembre 2023, dans le cadre de la saga UBS ayant débutée le 20 février 2019, les juges du...
Revue de presse
12 avril 2024
Revue de presse – Semaine du 8 avril 2024
Cette semaine, la revue de presse revient sur le procès des Panama Papers ouvert ce lundi 8 avril, la condamnation...
Revue de presse
5 avril 2024
Revue de presse – Semaine du 1er avril 2024
Cette semaine, la revue de presse revient sur la condamnation de l’ancien dirigeant de la plateforme de cryptomonnaies FTX par...
Revue de presse
29 mars 2024
Revue de presse – Semaine du 25 mars 2024
Cette semaine, la revue de presse revient sur l’ouverture de procédures à l’encontre de Google, Apple et Meta par la...
Revue de presse
22 mars 2024
Revue de presse – Semaine du 18 mars 2024
Cette semaine, la revue de presse revient sur le rapport de la Cour des comptes concernant la situation financière de...
Revue de presse
15 mars 2024
Revue de presse – Semaine du 11 mars 2024
Cette semaine, la revue de presse revient sur l’application par l’AMF de deux orientations émanant de l’Autorité bancaire européenne, l’adoption...
Actualité
11 mars 2024
Webinaire : Le rôle de l’avocat enquêteur
Stéphane de Navacelle et Julie Zorrilla ont animé une session de formation pour le webinaire du Barreau Entrepreneurial organisé par...
Revue de presse
8 mars 2024
Revue de presse – Semaine du 4 mars 2024
Cette semaine, la revue de presse revient sur la condamnation d’Apple à une amende de 1.8 milliard d’euros par la...
Revue de presse
1 mars 2024
Revue de presse – Semaine du 26 février 2024
Cette semaine, la revue de presse revient sur l’adoption par Washington de nouvelles sanctions contre la Russie, l’implication d’un agent...
Publication
29 février 2024
L’enquête interne façonnée par la déontologie de l’avocat
Contribution de Laura Ragazzi, Julie Zorrilla et Stéphane de Navacelle à l'ouvrage Compliance et droits de la défense, pour les...
Actualité
29 février 2024
Compliance et droits de la défense : Enquête interne, CJIP, CRPC – Éditions Dalloz
L'ouvrage Compliance et droits de la défense, pour les Éditions Dalloz - Lefebvre Dalloz et le Journal of Regulation &...
Analyse
26 février 2024
L’assouplissement du principe de loyauté de la preuve en matière civile – Analyse de l’arrêt...
L’arrêt du 22 décembre 2023 reconnaît l’admissibilité de la preuve obtenue ou produite de manière illicite ou déloyale en matière...