Analyse
14 juillet 2022

Homologation CRPC : absence de recours possible contre une décision de refus en l’absence d’excès de pouvoir du juge homologateur

La Chambre criminelle de la Cour de cassation a récemment rendu une décision relative à l’irrecevabilité d’un recours en cassation fondé sur le refus d’une seconde proposition de peine au titre d’une CRPC. Par cette décision, la Cour confirme sa position jurisprudentielle selon laquelle, en l’absence d’excès de pouvoir de la part du juge délégué, la décision de refus d’homologation d’une CRPC ne peut faire l’objet d’un recours.

 

Une personne poursuivie pour des faits de blanchiment avait accepté une proposition de peine du procureur de la République financier dans le cadre d’une procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (“CRPC”).

Pour rappel, cette procédure parfois décrite comme un plaider-coupable à la française, a été instaurée par la loi du 9 mars 2004[1]. Elle est issue de l’idée selon laquelle la participation de la personne poursuivie au processus judiciaire par son aveu, permet une meilleure efficacité de la justice.

En pratique, le Ministère public propose une peine à la personne poursuivie qui a la possibilité de l’accepter ou non. En cas d’acceptation, et afin de respecter le principe de séparation des autorités de poursuite et de jugement, la proposition de peine est soumise au Président du Tribunal judiciaire ou à un juge délégué qui peut seulement l’homologuer, ou refuser l’homologation pour les motifs précisés à l’article 495-11-1 du Code de procédure pénale[2].

Dans le cas d’espèce, le juge délégué par le président du Tribunal judiciaire avait rendu une ordonnance de refus d’homologation dans le cadre d’une procédure de CRPC, le 6 juillet 2021.

Le procureur de la République financier soumettait une nouvelle proposition de peine auprès du juge délégué par le président du Tribunal judiciaire.

Le 12 octobre 2021, la nouvelle proposition de peine était déclarée irrecevable. Le procureur de la République financier formait alors un pourvoi en cassation.

 

I. Le refus d’homologation d’une CRPC fait obstacle à la mise en œuvre d’une seconde CRPC

Dans un arrêt du 17 mai 2022, la Chambre criminelle rappelle, dans un premier temps, que l’article 495-12 du Code de procédure pénale[3] ne prévoit pas la possibilité de mettre en œuvre une seconde CRPC en cas de refus d’homologation d’une première proposition de peine par le Parquet.

En effet, le texte prévoit qu’en cas d’ordonnance de refus de CRPC, le Parquet a la possibilité de mettre en œuvre les procédures de l’article 388 du Code de procédure pénale[4], c’est dire la comparution volontaire ou immédiate, ou encore la convocation ou la citation, ou de requérir l’ouverture d’une information judiciaire.

Dans cet arrêt, la Cour de cassation s’appuie sur les travaux parlementaires de la loi Perben I du 9 mars 2004 et de la loi du 23 octobre 2018. Elle en déduit que le législateur n’a, en l’absence de disposition expresse en ce sens, pas souhaité élargir le domaine de l’article 495-12 du Code de procédure pénale en permettant au procureur de la République, face à une peine non homologuée par le juge, de proposer une nouvelle peine via cette même procédure.

 

II. L’absence de recours contre une décision de refus d’homologation d’une CRPC

Les juges du Quai de l’Horloge confirment par ailleurs leur position selon laquelle aucun texte ne prévoit de droit de recours en cas de refus d’homologation d’une CRPC.

Sur ce point, le Conseil Constitutionnel avait déclaré que l’absence de voie de recours contre une décision de refus d’homologation d’une CRPC n’était pas contraire à la Constitution, dès lors qu’en cas de refus d’homologation, la personne est en principe renvoyée devant le Tribunal correctionnel et n’est alors pas privée de son droit à un recours effectif[5].

La Cour émet toutefois une réserve en considérant qu’un recours est possible lorsque le juge homologateur a excédé ses pouvoirs.

En l’espèce, en l’absence de disposition relative à la possibilité de proposer une seconde CRPC, la décision de refus d’homologation de la seconde proposition ne constitue pas un excès de pouvoir de la part du juge homologateur, de sorte que le recours en cassation est irrecevable.

Ainsi, la Cour vient une nouvelle fois limiter l’étendue de la notion d’excès de pouvoir après avoir récemment considéré que l’absence de motivation de l’ordonnance de refus d’homologation ne constituait pas un excès de pouvoir[6], en retenant que par sa décision de refus, le juge homologateur n’a pas méconnu son office ou l’étendue de ses pouvoirs.

 

Contenu similaire

Revue de presse
Revue de presse - Semaine du 21 novembre 2022
25 novembre 2022
Revue de presse – Semaine du 21 novembre 2022
Cette semaine vous découvrirez l’ouverture d’une enquête préliminaire du parquet national financier pour détournement de fonds publics. Par ailleurs, vous trouver...
Analyse
21 novembre 2022
CJIP Crédit Suisse pour blanchiment aggravé de fraude fiscale et démarchage illicite
Le Crédit Suisse échappe aux poursuites judiciaires et accepte le paiement d’une amende d’intérêt public de 123 000 000 d’euros dans le cadre de la 13ème CJIP ...
Revue de presse
Revue de presse - Semaine du 7 novembre 2022
14 novembre 2022
Revue de presse – Semaine du 7 novembre 2022
Cette semaine, vous trouverez des précisions apportées par la Cour de cassation sur la légalité d’une extradition d’un ressortissant de l’Union européenne vers...
Événement
9 novembre 2022
Webinaire : Une approche comparative du secret professionnel dans les procédures pénales
Stéphane de Navacelle est intervenu lors du webinaire Mondaq /Monfrini Bitton Klein sur le "secret professionnel et le "attorney-client privilege" dans les procédures p...
Analyse
7 novembre 2022
La mise en œuvre du cumul de sanctions pénales et fiscales
Si le principe du cumul de sanctions pénales et fiscales est désormais admis, sa mise en œuvre est encadrée par des conditions qui doivent faire l’objet d’une mot...
Revue de presse
Revue de presse - Semaine du 31 octobre 2022
4 novembre 2022
Revue de presse – Semaine du 31 octobre 2022
Cette semaine vous trouverez des précisions sur les nouvelles méthodes du parquet national antiterroriste adoptées pour enquêter sur des crimes de guerre en Ukraine. ...
Revue de presse
Revue de presse - Semaine du 24 octobre 2022
28 octobre 2022
Revue de presse – Semaine du 24 octobre 2022
Cette semaine vous découvrirez plusieurs évènements importants sur le plan judiciaire. En effet, une convention judiciaire d’intérêt public ("CJIP") entre le Créd...
Revue de presse
Revue de presse - Semaine du 17 octobre 2022
21 octobre 2022
Revue de presse – Semaine du 17 octobre 2022
Cette semaine vous découvrirez deux évènements marquants : (1) Lafarge plaide coupable aux Etats-Unis pour avoir fourni une aide matérielle à des organisations terro...
Revue de presse
Revue de presse - Semaine du 10 octobre 2022
14 octobre 2022
Revue de presse – Semaine du 10 octobre 2022
Cette semaine vous trouverez deux évènements marquants sur le plan judiciaire : Une CJIP environnementale a été conclue entre Nestlé France et le parquet de Charlevi...
Analyse
12 octobre 2022
Discussions autour des secrets dans les procédures répressives et de la régulation en matière de LCB-FT
Le 5 octobre 2022 s’est tenu le colloque annuel de la Commission des sanctions de l’AMF. A cette occasion, des membres des autorités de régulation, magistrats, prof...
Revue de presse
Revue de presse - Semaine du 3 octobre 2022
7 octobre 2022
Revue de presse – Semaine du 3 octobre 2022
Cette semaine vous découvrirez deux décisions de justice. La première a été rendue par la Cour de cassation et vient préciser les conditions de caractérisation du ...
Revue de presse
Revue de presse - Semaine du 26 septembre 2022 v2
30 septembre 2022
Revue de presse – Semaine du 26 septembre 2022
Cette semaine vous retrouvez une analyse sur un arrêt récent de la Cour de cassation qui rappelle les obligations légales des organismes financiers quant à la lutte c...