Analysis
13 January 2021

US Congress passes Anti-Money Laundering Act of 2020 (in French)

Julie Zorrilla, Princessa Fouda and Martin Méric highlight the strengthening of American anti-money laundering legal framework.

 

Outrepassant le véto présidentiel de Donald Trump, le Congrès américain a définitivement adopté le 1er janvier 2021 l’Anti-Money Laundering Act (“AMLA”), nouvelle loi fédérale relative à la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Cette loi crée, notamment, un registre centralisant l’ensemble des bénéficiaires effectifs des sociétés américaines et étrangères déclarés et améliore la protection des lanceurs d’alerte. Plus encore, elle étend les pouvoirs des autorités de poursuite étasuniennes leur accordant le droit de saisir l’ensemble des données des institutions bancaires étrangères et renforce l’effectivité du Bank Secrecy Act de 1970. Il s’agit de la réforme américaine la plus significative en matière de lutte contre le blanchiment de ces dernières années.

 

***

 

I. L’AMLA oblige les sociétés américaines ou ayant enregistré leurs activités aux Etats-Unis à déclarer leurs bénéficiaires effectifs

En vue de lutter contre l’anonymat des sociétés fictives, propice à la fraude et à la corruption, l’AMLA crée un registre fédéral qui rassemble des informations précises sur les bénéficiaires effectifs des sociétés [1]  et tenu par le bureau Financial Crimes Enforcement Network (“FinCen”) du Département du Trésor des États-Unis, équivalent américain de Tracfin [2] .

L’AMLA exige dorénavant des sociétés américaines et étrangères ayant enregistré leur activité aux Etats-Unis [3], qu’elles identifient et reportent auprès du FinCen des informations précises sur l’ensemble de leurs bénéficiaires tels que leurs noms, leurs dates de naissance ou encore leurs adresses [4]. Les bénéficiaires effectifs d’une société sont entendus par l’AMLA comme les personnes physiques (i) possédant ou contrôlant 25 % de la société ou (ii) exerçant un contrôle substantiel de cette société [5].

En cas d’absence de déclaration ou de déclaration erronée, l’AMLA prévoit le prononcé d’une amende de 10.000 $ et/ou deux ans d’emprisonnement [6].

Le registre des bénéficiaires effectifs sera accessible aux agences américaines de sécurité nationale, de régulation, de renseignement et aux autorités de poursuites pénales pour les besoins de leur propre enquête. Plus encore, ce registre sera également accessible à certaines autorités étrangères lorsque cela est prévu par un texte international ou, au cas par cas, dans le cadre d’une demande officielle. Enfin les institutions financières soumises aux obligations de connaissance de leurs clients peuvent également accéder à ces informations[7] .

 

II. L’AMLA étend les pouvoirs de saisie des autorités de poursuites étasuniennes à l’ensemble des données des institutions bancaires étrangères limitant pour ces dernières la possibilité d’arguer de leurs règles nationales de confidentialité

L’AMLA a étendu les pouvoirs d’instruction du Department of Justice (“DOJ”), ainsi que ceux du Secretary of the Treasury, lesquels peuvent désormais tous deux saisir et enjoindre les institutions bancaires étrangères à communiquer les données bancaires de tous leurs comptes, même localisés à l’étranger[noe]Anti-Money Laundering Act, §6308 (“Le Secretary of the Treasury ou l’Attorney General peut délivrer une injonction à toute banque étrangère qui possède un compte auprès d’un correspondant aux États-Unis et demander tout document relatif au compte du correspondant ou à tout compte auprès de la banque étrangère, y compris les documents conservés en dehors des États-Unis”), traduction libre.[/note], lorsque ceux-ci font l’objet notamment d’une enquête pénale américaine ou d’une procédure de confiscation civile [8].

Pour garantir une pleine efficacité de l’AMLA, l’invocation des règles nationales de confidentialité par les banques étrangères auxquelles il est demandé communication de données bancaires ne pourra constituer la base exclusive d’un refus[9] . Ainsi, les banques françaises ne pourront pas se prévaloir uniquement de leur secret bancaire [10], ni la loi de blocage française du 26 juillet 1968 [11]  pour s’opposer à une demande de communication de données qui leur serait enjointe par les autorités américaines compétentes.

En cas de refus de communication, l’AMLA accorde au surplus la possibilité à l’autorité de poursuite de solliciter auprès de la juridiction en charge de l’enquête le prononcé d’une sanction à l’encontre de la banque étrangère réfractaire. Cette sanction peut alors prendre la forme par exemple d’une interdiction imposée aux banques étasuniennes de poursuivre leurs relations d’affaire avec cette banque étrangère [12].

 

III. L’AMLA renforce les dispositifs d’incitation et de protection des lanceurs d’alerte

L’AMLA renforce la protection des lanceurs d’alerte en matière de lutte contre le blanchiment. Ces derniers sont ainsi définis comme toute personne ou groupe de personnes qui fournit toute information relative à une violation des dispositions du Bank Secrecy Act ou à des faits de blanchiment à leur employeur ou aux autorités de poursuites [13].

L’AMLA prévoit, pour ces derniers, une rétribution financière à l’image de ce qui existe déjà en matière de corruption par exemple ou une rétribution peut leur être versée par la Securities and Exchange Commission en cas de dénonciation de faits de corruption commis à l’étranger en violation du Foreign Corrupt Practices Act [14]. Pour la dénonciation de faits de blanchiment, les lanceurs d’alerte peuvent désormais recevoir jusqu’à 30 % du montant des sanctions prononcées excédant 1.000.000 $ [15]. Au surplus, leurs employeurs ne peuvent pas prononcer à leur égard de mesures disciplinaires [16].

 

IV. L’AMLA étend la portée et renforce l’effectivité du Bank Secrecy Act

L’AMLA étend aux acteurs du commerce d’œuvres d’art et à celui des crypto-monnaies, les obligations prévues par le Bank Secrecy Act de 1970, lequel impose de déclarer toute transaction suspecte en lien avec une éventuelle violation de la loi [17] ou encore de conserver pendant cinq années un registre décrivant chaque demande ou instruction reçue ou donnée concernant toute transaction résultant d’un transfert de devises étrangères [18].

L’AMLA renforce également les sanctions prévues pour l’ensemble des entités soumises au Bank Secrecy Act, en cas de violation de ces dispositifs. Ces entités risquent alors une amende, laquelle sera d’autant plus lourde si les violations sont répétées, ou encore une interdiction de siéger comme administrateur d’une institution financière [19].

Related content

Press review
21 June 2024
Press review – Week of 17 June 2024
This week, the press review covers the admissibility of the actions against Total and EDF relating to breaches of the...
Event
19 June 2024
Compliance and forensic investigations: optimising how companies, lawyers and forensic professionals work together
Grant Thornton France invited Stéphane de Navacelle to take part in a panel with Jean-Marie Pivard (Publicis Groupe), Jennifer Fiddian-Green...
2 min
Event
19 June 2024
Discussion on harassment prevention and exposure
Invited by Colas Rail, Stéphane de Navacelle discussed with 100+ group top managers during their Management Committee 2024, on 19 June 2024.
2 min
Press review
14 June 2024
Press review – Week of 10 June 2024
This week, the press review covers three people being charged for fraud in the Hauts-de-Seine, the dismantling of an undeclared...
Event
13 June 2024
Future prospects for International Anti-Corruption Court
A panel held during the 20th Annual IBA Anti-Corruption Conference hosted at the OECD in Paris.
Press review
7 June 2024
Press review – Week of 3 June 2024
This week, the press review covers the trial of several Île-de-France’s elected officials including concealment of misappropriation of corporate assets...
Press review
31 May 2024
Press review – Week of 27 May 2024
This week, the press review covers the conviction of a French senator for illegal taking of interest, the adoption of...
Press review
24 May 2024
Press review – Week of 20 May 2024
This week, the press review covers the fine imposed on bank company N26, the trial of EDF and its former...
Press review
17 May 2024
Press review – Week of 13 May 2024
This week, the press review covers the death of Renaud Van Ruymbeke, the conviction of former Mayor of Toulon for...
Video
16 May 2024
Anticorruption initiatives in Latin America: Lessons from the last decade (webinar)
To contribute to the Latin America and Caribbean Weeks event, organised by the French Ministry of Europe and Foreign Affairs...
Publication
14 May 2024
LIR 6th Edition : Focus on ADP INGENIERIE and SEVES Group/SEDIVER CJIPs
Navacelle contributes to The Legal Industry Reviews' sixth edition, focusing on the last two CJIPs (kind of French DPAs) concluded....
Event
13 May 2024
Dassault Aviation – 1st Ethics Day
Dassault Aviation invited Stéphane de Navacelle to take part in its Ethics day, dedicated to anti-corruption programs and duty of...