Publication
24 September 2020

Contribution to the Lettre des Juristes d’Affaires n°28 – professional secrecy today (in French)

Stéphane de Navacelle quoted by Anne Portmann in the Lettre des Juristes d’Affaires – French Corporate law weekly – about reality of French professional secrecy in lawyer-client communications, alongside Vincent Nioré (Nioré Avocats), François Saint-Pierre (François Saint-Pierre Avocats) and Nicolas Tollet (Hugues Hubbard & Reed LLP).

 

“Lors des perquisitions, il faudrait donner à la Justice les moyens de faire des contrôles et de faire le tri […] C’est faire fausse route que de penser qu’une enquête interne sert à trouver des preuves pour les détruire avant une perquisition […] Il y a – il est vrai – un effort de pédagogie nécessaire à l’égard des confrères sur les fonctions de l’enquête interne”

 

Extrait de l’interview :

 

A l’international

En France, le Conseil Constitutionnel a jugé que le secret de l’avocat n’avait pas valeur constitutionnelle. Dans l’arrêt Michaud c/France, du 6 décembre 2012, la CEDH a également refusé la protection de la Convention au secret, admettant même sa violation, tant qu’il ne conduisait pas à l’auto-incrimination de l’avocat. Pour, Stéphane de Navacelle, avocat à Paris et à New-York, estime qu’au plan international, le pays des droits de l’Homme devrait donner de la voix sur ce sujet essentiel de la défense de la confidentialité des échanges. “Les français ont la légitimité et une vraie crédibilité, une carte à jouer sur le marché international. Il faut soit renforcer le secret professionnel de l’avocat, soit supprimer la responsabilité pénale des entreprises” , résume-t-il, constant que même dans la sphère de la défense pénale, surtout celle des affaires, la confidentialité des échanges n’est qu’un tigre de papier. Il souligne qu’au plan international, le secret de l’avocat est souvent considéré comme le dernier refuge des pratiques criminelles qu’il faut donc tout faire pour briser. “La Banque mondiale estime ainsi que sans secret professionnel, il n’y aurait pas de corruption et l’OCDE fait écho, considérant également que sans secret professionnel, il n’y a pas de blanchiment”.

 

Pénurie de moyens

Comme bien souvent en matière de justice, la question pourrait se réduire à celles des moyens. “Lors d’une formation commune entre magistrats, avocats et juristes d’entreprise, les premiers ont déclaré que si le secret professionnel fonctionnait comme le voudraient les avocats, il faudrait doubler le nombre de magistrats professionnels. Ils ont prédit qu’il faudrait notamment 10 fois plus de JLD pour contrôler les saisies lors des visites et des perquisitions” , se souvient Stéphane de Navacelle. Il poursuit : “Lors des perquisitions, il faudrait donner à la justice les moyens de faire des contrôles et de faire du tri, dès la saisie de documents, que ce soit chez l’avocat ou chez le client et d’interdire la saisie des échanges confidentiels”.

 

L’éducation à la culture du secret

Pour Stéphane de Navacelle, “en France, on a longtemps considéré que le risque juridique était nul eu égard au faibles poids économique des exportations, et à la faiblesse des sanctions : peu d’amendes, peu de condamnations, jamais d’incarcération pour un délit boursier. Mais les choses ont changé. Le premier devoir du directeur juridique est aujourd’hui d’éduquer le chef d’entreprise à la discipline du secret et du silence. Il n’est pas possible de diriger une entreprise, même de taille modeste, sans être rompu à cette culture”. Les enjeux en matière de secret des affaires et la protection contre l’espionnage privé, de plus en plus prégnants, sont sans doute la voie pour sensibiliser les entreprises à la confidentialité. “J’utilise beaucoup plus les services des coursiers, les réunions physiques” , témoigne Stéphane de Navacelle, qui incite ses clients à faire de même.

 

L’avocat enquêteur interne, quel secret ?

Stéphane de Navacelle ajoute : “C’est faire fausse route que de penser qu’une enquête interne sert à trouver des preuves pour les détruire avant une perquisition, comme cela a pu m’être expliqué par des enquêteurs ou suggéré par procureurs. Il y a – il est vrai – un effort de pédagogie nécessaire à l’égard des confrères sur les fonctions de l’enquête interne”. Il estime à cet égard que la vertu cardinale de l’avocat est aussi son indépendance, quoi lui permettre de s’affranchir, non pas du secret professionnel, mais de ce qui lui est dicté par le client. Si l’avocat enquêteur peut être en désaccord avec son client, il doit s’abstenir de produire un rapport qui induirait en erreur. Selon lui, l’avocat enquêteur qui décèle un problème grave chez un client, doit pouvoir être suffisamment indépendant pour inclure ces éléments ou des correctifs dans le rapport.

En France, lors des perquisitions, les magistrats décident souvent que les documents relatifs à une enquête interne ne sont pas couverts par le secret car celle-ci peut être conduite par une autre personne que par un avocat” observe Stéphane de Navacelle.

Related content

Press review
12 July 2024
Press review – Week of 8 July 2024
This week, the press review covers the confirmed conviction of a French sawmill for illegally importing exotic wood from Brazil,...
Publication
12 July 2024
Overview of 2024: White collar crime
Panorama of decisions and events relating to white collar crime which have occurred in France over the last twelve months.
Publication
Judicial public interest agreements (CJIP)
12 July 2024
CJIP Observatory : Key to understand French DPA
Since its creation by the Sapin II law of 9 December 2016, the Judicial Public Interest Agreement (“Convention Judiciaire d’Intérêt...
Press review
5 July 2024
Press review – Week of 1 July 2024
This week, the press review covers the acquittal of 28 people implicated in the Panama Papers scandal, Turkey’s withdrawal and...
Press review
28 June 2024
Press review – Week of 24 June 2024
This week, the press review covers the conviction of Jean-Paul Huchon for illegal taking of interests, the case of Jean-Christophe...
Analysis
25 June 2024
Articulation of tax and criminal procedures: consequences of the corrective declaration on the obligation to...
In a ruling handed down on 23 May 2024, the Criminal Division of the Cour de Cassation (French Supreme Court),...
Press review
21 June 2024
Press review – Week of 17 June 2024
This week, the press review covers the admissibility of the actions against Total and EDF relating to breaches of the...
Event
19 June 2024
Compliance and forensic investigations: optimising how companies, lawyers and forensic professionals work together
Grant Thornton France invited Stéphane de Navacelle to take part in a panel with Jean-Marie Pivard (Publicis Groupe), Jennifer Fiddian-Green...
2 min
Event
19 June 2024
Discussion on harassment prevention and exposure
Invited by Colas Rail, Stéphane de Navacelle discussed with 100+ group top managers during their Management Committee 2024, on 19 June 2024.
2 min
Press review
14 June 2024
Press review – Week of 10 June 2024
This week, the press review covers three people being charged for fraud in the Hauts-de-Seine, the dismantling of an undeclared...
Event
13 June 2024
Future prospects for International Anti-Corruption Court
A panel held during the 20th Annual IBA Anti-Corruption Conference hosted at the OECD in Paris.
Press review
7 June 2024
Press review – Week of 3 June 2024
This week, the press review covers the trial of several Île-de-France’s elected officials including concealment of misappropriation of corporate assets...